[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site] [Mathilda De Carpentry - Peintures Sous Verre - Fixés sous verre - Reverse painting on glass -Index page]
[Mathilda de Carpentry - Exposition Musée de Payerne - 2016]

Invitation Vernissage - Musée de L'Abbatiale de Payerne

  La Commission du Musée de l’Abbatiale de Payerne a l’honneur de vous présenter l'exposition

Mathilda de Carpentry

Peinture sous verre


et vous convie au vernissage de l'exposition

le samedi 6 février 2016 de 17h00 à 20h00

au Musée de l’Abbatiale


17h00 Présentation de l’exposition en présence de l’artiste

dès 17h30 Visite de l'exposition

18h15 Concert d’orgue à l’église paroissiale, en prélude à l’exposition

19h00 Apéritif


Avez-vous déjà contemplé une œuvre picturale à travers le matériau qui lui sert de support? C’est ce qui arrive lorsque l’on entre dans l’univers merveilleux de minutie et de brillance de la peinture sous verre de Mathilda de Carpentry.


L’artiste française contemporaine trouve son inspiration dans l’art des siècles passés, autant pour les sujets qu’elle traite que pour la technique si particulière qu’elle utilise. Celle-ci, qui consiste à peindre le sujet derrière le verre, impose une rigueur, une précision, une patience «de bénédictin», pourrait-on dire ici à Payerne, dans les murs de l'ancien prieuré clunisien. Le peintre procède couche par couche en commençant par les détails, les finitions, et termine avec les fonds, sans aucune possibilité de retouches. La construction de l’image se fait «à l’envers» et nécessite ainsi de porter en soi le tableau achevé avant même de le commencer. Un travail à l’opposé de toute précipitation, qui s’inscrit dans le temps long – il faut souvent plusieurs mois pour achever une œuvre – un travail-méditation.


Deux sources fécondent l’imaginaire de ces enluminures sous verre. L’une est occidentale et reprend l’art graphique de l’imagerie médiévale: scènes de chasse, enceintes fortifiées ou forêts enchantées, Tristan ou Aliénor, avec des cadres et fonds ornés d’oiseaux colorés et de fines fleurs. L’autre source rappelle le monde des enluminures de l’Orient, de la Perse à la Chine, des Mille et une nuits au sage à longue barbe.

Et si plusieurs modèles anciens sont perceptibles dans les compositions, l’artiste sait aussi donner libre court à sa créativité. Carolus Magnus porte le cimeterre et L’Ange de Tobie reçoit une incarnation extrême-orientale.

En tout cela, le verre, encore et toujours, support premier de l’œuvre et vernis ultime qui rehausse l’éclat des couleurs. Bleus, verts, ors acquièrent le scintillement du bijou, le précieux des gemmes. Un monde de créations chatoyantes, chatoyantes, foisonnantes de vie, qui ne demandent qu’à s’ouvrir au regard.


Lors du concert d’orgue prévu pour ce vernissage, la jeune organiste Aurore Baal, de la Schola Cantorum Basiliensis, fera sonner l‘instrument exceptionnel du facteur Jürgen Ahrend à l’église paroissiale du centre historique de Payerne, juste à côté du musée. Le programme du concert a été pensé comme un prélude à l’exposition et un hommage à l’artiste, puisant aux sources musicales médiévales et orientales, pour un dialogue entre le passé et notre temps.